Les Universités Montpelliéraines ne sont plus dans le coup !!

Le couperet est tombé, clair, net et sans contestation possible : les universités montpelliéraines ne sont plus dans le coup. C'est le magazine Challenge qui l'annonce dans son dernier numéro en publiant une étude visant à départager les 30 meilleures universités françaises. Et là, stupeur, aucune des trois universités du clapas ne figure dans ce classement où apparaissent pourtant des concurrents bien plus modestes !

14-062011

Si cette annonce fait l'effet d'une véritable douche froide pour les Montpelliérains, la claque reçue il y a quelques mois en voyant le Pôle d'Excellence nous passer sous le nez aurait pourtant du suffire à provoquer une véritable remise en question des acteurs politiques, économiques et universitaires locaux.

Il n'en a malheureusement rien été. Après une gueulante sans lendemain de Christian Bourquin, les universitaires ont continué à se chamailler jusqu'à ce que la présidente de l'Université Montpellier 3 ne se retire définitivement du projet de Pôle d'Excellence qui nous tendait les bras.

Peu à peu, nos universités perdent de leur prestige et ne cessent de s'enfoncer dans les profondeurs de tous les classements universitaires, au grand dam des Montpelliérains qui n'ont pas oublié que la ville s'est également développée grâce à l'aura de ses universités de médecine et de droit.

Aujourd'hui, nous sommes en droit de nous poser la question, que serait Montpellier sans ses universités et ses 70 000 étudiants ? Que serait Montpellier sans cette jeunesse estudiantine qui représente une manne financière non négligeable pour les commerçants et qui participent grandement à l'animation de la ville ?

A Montpellier, nous pouvons nous vanter d'avoir des facultés dont la réputation va bien au-delà de nos frontières hexagonales.

Toutes ces années à forger la renommée de nos facultés doivent-elles être sacrifiées à cause de vulgaires guéguérres d'égos inadmissibles qui gâchent tout et prennent les étudiants et les Montpelliérains en otage ?

Il est temps de mettre le holà à cette situation abracadabrantesque en poussant nos élus à se sentir un peu plus concernés ! Ces mêmes élus qui financent à grands coups de subventions ces universités montpelliéraines avec les deniers des contribuables seraient bien avisés de taper du poing sur la table pour que cet argent investi soit utilisé à bon escient !

Nos universités disposent d'atouts exceptionnels mais sans volonté politique, nos universités péricliteront, alors n'attendez plus, réveillez-vous !

Mathieu SOLIVERES